Concours-NouvellesLes trois gagnants du concours 47, ont choisi les thèmes de la nouvelle session :

1ere, Kylie Ravera  : salle 101
2e, Jasmin : érotisme 
3e, Domini-Coll : Le train : en maquette, électrique, à vapeur, sous la manche ou sous Paris... dans une gare paumée ou un grand centre urbain... à vous de nous faire préférer le train.

Mais prenons quelques minutes pour mieux cerner ces trois auteurs.

Kylie Ravera, qu’est-ce qui t’a motivée à écrire « Le plus bel été » ?
Un post de fxt.art qui a suivi la proposition des thèmes. Il évoquait la chanson de Voulzy, « Derniers baisers » et ça m’a donné envie de raconter une romance adolescente, en essayant de ne pas verser dans la guimauve. Le personnage de Solène s’est ensuite imposé, avec sa révolte cachée et ses peurs particulières. Sans doute parce que la Manif Pour Tous et leur combat me paraît non seulement stupide mais aussi dangereux, et que je voulais montrer pourquoi.

Pourrais-tu résumer l’histoire en quelques mots ?
« Le plus bel été », c’est le carnet de bord d’une ado en colère qui embarque sur un vieux gréement en compagnie d’autres ados en colère, avec la promesse que ça ira mieux après. Tout le monde sait que ça ne marche jamais. Et comme tout le monde le sait, il se pourrait bien que ça marche quand même, finalement. 

Quelles phrases ressortirais-tu de ta nouvelle pour nous donner envie de lire le tout ?
— [Plus tard] Je voudrais être chef d’entreprise. Je sais pas encore dans quoi, mais en tout cas, je n’embaucherai que des gens avec des CVs bizarres. Des gens qui viendraient d’endroits louches, qui auraient bossé sur des trucs qui n’ont rien à voir, ou qui en raconteraient des tonnes sur leurs hobbies. Des gens qu’on n’embauche pas ailleurs à cause de l’une de ces conneries, ça doit être une sacrée réserve de talents, non ? Mais je serai intraitable sur l’orthographe. Je ferai même passer un test pour vérifier.
— Pourquoi l’orthographe ?
— Une question de respect.

Que retiens-tu de cette création et des commentaires reçus ?
L’écriture en elle-même m’a demandé pas mal de travail, parce que je voulais d’une part trouver la bonne succession de scènes pour faire avancer l’histoire d’une manière fluide, mais aussi un ton qui soit crédible, pas artificiel, en équilibre entre vulgarité adolescente et une certaine forme de poésie. Assez différent de ce que je fais depuis 8 ans avec la Tentation de la pseudo-réciproque et ses phrases de trois kilomètres de long, alors c’était une excellente façon de m’essayer à autre chose !
Concernant les commentaires, j’ai bien sûr apprécié ceux reçus sur JE, globalement très positifs. Mais celui qui m’a le plus touchée est venu d’ailleurs. J’en parle sur mon blog :http://kylieravera.fr/2015/07/18/que-signifie-la-litterature-dans-un-monde-qui-a-faim/

Ce texte aura-t-il une seconde vie en dehors du forum JE ?
Il vit déjà sa vie dans la section Vide-grenier de mon site, où il compte près de 150 téléchargements.

Au fait, pourquoi as-tu proposé le thème "la salle 101" pour le prochain concours? Qu’est-ce qui l’a fait émerger dans ton esprit ?
Le Projet de Loi Renseignement a été voté par le parlement français il y a quelques semaines. On a beaucoup parlé du roman d’Orwell 1984 à cette occasion. Et je serais curieuse de savoir ce que les JE mettraient dans leur salle 101. Avec le risque que je ne sois pas la seule à être intéressée :p

***  ***  ***

Jasmin, qu’est-ce qui t’a motivé à écrire « Marlène » ? 
Avant tout, j'avais envie de dépeindre un personnage de femme amoureuse, torturé, mélancolique, comme je les affectionne. Et puis, je voulais parler de sujets qui me tiennent à coeur, la distinction que certains pourraient faire entre femme de plaisir et femme à marier, notamment. L'envie d’intégrer ces deux éléments m'est venue avant le cadre de l'histoire. Puis, j'ai fait le lien avec les deux thèmes que j'ai choisi de croiser, la fin de l'été et Pardonner.

Pourrais-tu résumer l’histoire en quelques mots ?
Marlène, c'est l'histoire d'une femme au foyer mal dans sa peau et un peu rêveuse qui vit à la campagne avec son mari volage. Elle peine à attirer son attention et sa détresse la conduira à commettre une faute irréparable.

Quelles phrases ressortirais-tu de ta nouvelle pour nous donner envie de lire le tout ?
"Le froid embrasse déjà la campagne.
Florent n'y pense pas. Il est encore devant l'écran à se morfondre. Dès que Marlène rentrera, elle débranchera la télévision et lui ordonnera d'aller en ville troquer les récoltes contre de quoi s'habiller pour l'automne ; leurs deux manteaux sont rongés par les mites et il en faudra bientôt un troisième. Il soufflera, formulera quelques jurons puis il s'en ira en claquant la porte. Restée dans l'entrebâillement, Marlène regardera les champs engloutir sa silhouette.
Peut-être l'abandonnera-t-il.
(...)
Ça fait deux jours que Marlène ne mange plus. Elle veut ressembler à ces fleurs dont raffolent les hommes. Fraîches, longues et belles. Elle n'est pas assez grande ni assez mince, ni assez lisse de peau. Mais devant sa résolution, Florent lui martèle : "Je ne veux pas que tu ressembles à ces filles. Toi, tu seras la mère de mes enfants. Une mère, c'est différent.

Entendant cela, Marlène, blessée, a saisi la lampe derrière elle et l'a lancée en direction de son mari. 
Il a hurlé. Un filament rouge est sorti de ses narines. "

Que retiens-tu de cette création et des commentaires reçus ?
Ce récit m'aura permis d’expérimenter un genre d'écriture un peu moins terre-à-terre, plus évocateur. La réception a été bonne, globalement, même s'il y a des corrections et des améliorations à apporter. Je note aussi que mes nouvelles prises de risques littéraires ont laissé pour compte quelques lecteurs pour qui la nouvelle a été difficilement accessible. 

Ce texte aura-t-il une seconde vie en dehors du forum JE ?
Oui, il sera certainement amélioré puis illustré.

Au fait, pourquoi le thème de l'érotisme pour le concours 48? Qu’est-ce qui l’a fait émerger dans ton esprit ?
Après avoir lu quelques textes érotiques du forum (ceux de Pangolin notamment), je me suis dit qu'il y avait matière à produire des choses intéressantes et surprenantes. Et puis je voulais d'un thème qui ne soit pas trop sage, pour lequel on pourrait lâcher un peu de lest et tester son pouvoir d'évocation.

***   ***  ***

Domini-Coll, qu’est-ce qui t’a motivé à écrire « Thalassa » ? 
J'aime les nouvelles, en écrire - même si maintenant c'est un peu en pointillé - j'aime l'ambiance des concours de nouvelles de JE, et le sujet m'inspirait donc bon...
Alors pourquoi cette nouvelle Thalassa ? A la base, je n'étais pas du tout parti sur ça. J'étais parti pour romancer à partir du Vendée Globe 96-97, les dernières discussions Autissier-Roufs, avant le monstre de tempête qui verra disparaître Gerry Roufs... Et puis je ne me suis pas senti au niveau. Alors je suis parti du plus simple. La mer, qu'est-ce que c'est pour ceux qui habitent dans les terres, qui ne peuvent pas se payer les vacances à la plage (ce qui n'est pas mon cas hein) ? C'est Thalassa.

Une des meilleures émissions de l'histoire de la télévision publique, que j'ai adoré regarder...
Ça a été facile de broder.

Pourrais-tu résumer l’histoire en quelques mots ?
Romain s'est vu crever, il a cru ne jamais pouvoir accomplir son rêve de devenir marin au long cours; rêve forgé grâce au visionnage de Thalassa, rituel familial... Et puis il a eu une opportunité...

Quelles phrases ressortirais-tu de ta nouvelle pour nous donner envie de lire le tout ?
"De cette émission était née son attraction pour la mer, pour ces aventuriers un peu fous qui vivent sur l'océan. C'était une évasion par rapport à son quotidien entre champs, forêts, échangeurs autoroutiers et zones artisanales, et de la banlieue pavillonnaire de ses parents. Famille classe moyenne, famille moyenne. Ni dans la France d'en bas ni celle d'en haut. La France Moyenne."
"La nuit est noire et chargée d'air marin, il y a un peu de vent noroît qui déplace à peine les volets. Quelques voitures qui passent, des portes de bar qui s'ouvrent pour engloutir ou recracher des consommateurs. Romain reprend son souffle."

Que retiens-tu de cette création et des commentaires reçus ?
En toute honnêteté ? ^^
Je dois admettre que j'avais été vexé à un précédent concours de m'entendre dire que ma nouvelle n'en était pas une. J'admets qu'elle ne suivait pas les canons situation - péripétie - résolution... Mais je racontais quand même une histoire en utilisant un schéma de boucle...
J'ai essayé d'être un peu plus académique cette fois-ci.
Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier les commentaires positifs et mon classement...
Je ne désespère pas de faire aimer ce qui est vraiment mon style à un maximum de commentateurs (première personne, flux de conscience, contemplation, langage parlé oscillant entre soutenu/cultivé et vulgaire...)...

Ce texte aura-t-il une seconde vie en dehors du forum JE ?
Je ne pense pas.

Au fait, pourquoi le thème du train pour le concours 48? Qu’est-ce qui l’a fait émerger dans ton esprit ?
J'aime le réalisme, j'aime quand ça parle de la vie quotidienne. J'ai rien contre les dystopies avec des ordinateurs fascistes, contre les dragons, la science-fiction (du moment que c'est de la hard-sf et pas des space opera), du moment que c'est bien écrit; mais par moment je ne me reconnais pas trop dans les thèmes et les productions qui y répondent... Alors, j'ai voulu partir vraiment du plus quotidien: les transports en commun. Et de là, les trains et leur univers. On peut raconter des milliers d'histoires autour des trains. Auschwitz bien sûr, des attentats; mais aussi des histoires d'amour, des épopées comme la compagnie des glaces, les rencontres inattendues, même une histoire autour d'un obsessionnel des maquettes, des histoires de cheminots, de décembre 95, du chat chef de gare au Japon... Un milliard de trucs dans un milliard d'univers...
Et puis j'aime les trains. J'aime voyager en train. J'écris bien en train.
Et vous me ferez pas monter dans un bus à 5 euros pour faire Marseille - Paris en 15h30...

*** *** ***

Merci à vous trois d'avoir répondu dans les temps pour que cet article fasse partie de l'ouverture du blog.
Vous pouvez retrouver ces textes ici : http://jeunesecrivains.superforum.fr/t40604-concours-47-les-nouvelles

 Klik-Asyne