Comme vous le savez, Mick a réussi à financer ses « Volutes féminines » grâce aux soutiens de contributeurs via Ulule.com. La somme de 1'200 euros a été réunie grâce à 26 personnes.

Pour rappel, la répartition de cette somme était prévue pour la création de la couverture, la correction orthographique par une amie et par librinova, la mise en page du manuscrit, la mise en place d’une bannière promotionnelle et la commercialisation d’exemplaires papiers sur Librinova.com, la création et l’impression de 200 marque-pages personnalisés, et une commission Ulule de 8 % de la somme totale. Ce qui fait 90 € de commission, 900 € pour Librinova, 200€ pour une amie correctrice.

Je vous propose aujourd’hui de retrouver l’auteur pour lui demander comment se passent les ventes et comment s’est déroulée la collaboration avec Librinova.

Fa-a-Face

 

 

 

 

Bonjour Mick, et merci de prendre un peu de ton temps pour partager avec nous ton expérience.
Salut Asyne, merci de t’intéresser de nouveau à mon parcours, ça me fait plaisir de répondre à tes questions !

Commençons par la bannière publicitaire sur le site de Librinova.

volutes feminines

 

Le prix des Volutes est identique partout. Il devait effectivement être à 3,49 € au départ, mais j’ai finalement décidé qu’il soit moins cher. A noter cependant que l’édition papier ne peut être commandé que chez Librinova pour l’instant.

Le recueil est actuellement en promotion à 0,99 € pour une durée indéterminée.

Es-tu satisfait de ce service d’autoédition numérique ? Quels points positifs et négatifs relèverais-tu ?
La prestation est sérieuse, il suffit de voir la qualité finale du livre pour s’en rendre compte. En points positifs, il y a le suivi et le contact avec l’équipe de Librinova qui est très agréable. Il y a l’écoute et le fait de se sentir accompagner de bout en bout. Il subsiste des points négatifs, je pense notamment au prix de certaines prestations qui se sont révélées assez décevantes, notamment avec le pack communication. Il n’y a que la rédaction du communiqué de presse qui sort du lot, le reste n’a eu aucun impact, qu’il s’agisse de la bannière sur la boutique du site (et pas en première page de site, attention !) ou le contact avec dix blogueurs « influents » dont je n’ai toujours aucun retour plus de deux mois après la sortie du livre.

La maquette du livre t’a été présentée avant l’impression. As-tu été satisfait de leur prestation ?
La maquette initialement présentée comportait quelques défauts mineurs. Une version remaniée a été ensuite rapidement mise en page suite à mes retours et le résultat était vraiment à la hauteur. Il y a juste le regret d’avoir eu la mauvaise maquette pour mes exemplaires papiers lors de ma première commande.

Comment s’est passée la création des marque-pages ?
Les marque-pages sont une option ou un service auquel on peut souscrire chez Librinova. Le processus est on ne peut plus simple puisqu’ils s’inspireront de ta couverture pour te proposer deux modèles recto verso (interchangeables). Une fois le choix défini, la réception des marque-pages est très rapide. Ils sont de bonne facture et même assez grands (ils conviennent à toutes tailles de livres).

Quels frais as-tu payés de ta poche en plus des envois postaux aux donateurs Ulule ?
La somme demandée sur Ulule ne tenait effectivement pas compte des frais d’envois pour les livres papier, ce qui représente 4,20 € par envoi (et jusqu’à 10 € pour le Canada) en sachant qu’il me fallait effectuer une vingtaine d’envois. À cela s’ajoute aussi le coût d’un exemplaire papier (distinct de l’option de commercialisation d’un format papier) qui m’est revenu à environ 7€ par exemplaire pour une commande de 30 livres. Au total et à vue de nez, je dirais qu’il m’a fallu débourser près de 300 €. Avec la campagne Ulule, il faut donc arrondir à 1500 € le coût de ce projet. Néanmoins, il faut relativiser en tenant compte du fait que j’ai pris pas mal d’options chez Librinova. Lors de la publication du Tome 2, je devrais pouvoir m’en sortir pour deux à trois fois moins cher.

Suite à ton expérience, conseillerais-tu l’autopublication via Ulule et Librinova ou penses-tu préférable d’essayer un autre moyen la prochaine fois ?
Sur Ulule, il existe quelques projets d’autoédition, mais ils sont rares parce qu’il ne faut pas croire qu’il faille y avoir forcément recours. J’ai vu des sommes exorbitantes demandées sur cette plate-forme parce que des manuscrits avaient été soi-disant acceptés chez des comptes d’auteur qui demandent une somme d’avance tout à fait déraisonnable pour un livre qui n’est même pas sûr de se vendre ! Pour un premier projet, j’avais à cœur de bien faire les choses et il me semblait nécessaire d’avoir un soutien financier, ne serait-ce que pour savoir si cette aventure en valait la peine, qu’on me suivrait un minimum. Disons qu’Ulule est une fenêtre permettant de se faire une idée de la viabilité d’un projet, quel qu’il soit. C’est bien sûr un sérieux coup de pouce financier dont il faut mesurer aussi les retombées en termes de contreparties, qui dans mon cas étaient assez importantes (Une contribution à 25€ = un livre papier et numérique pour une valeur commerciale de 19€ (fdp inclus) et un coût réel d’environ 12€ (fdp inclus). Quant à Librinova, j’ai été satisfait de leur accompagnement et je recommande chaudement le sérieux et le professionnalisme de cette jeune start-up en pleine expansion. Malgré quelques couacs – et je pense qu’il y en aura toujours, et ce partout -  ils ont toujours été réactifs et vraiment attentifs. Il y a des enseignements à tirer d’une première expérience comme celle-ci, et j’ai donc fait le choix de poursuivre cette aventure avec eux pour le second tome.

Je suis curieuse de savoir comment ont été perçues tes Volutes féminines selon les différents lecteurs. As-tu reçu des retours des personnes qui t’ont soutenu financièrement ?
J’ai eu quelques retours en effet, et ils sont dans la continuité des encouragements reçus par celles et ceux qui ont bien voulu croire en la teneur de ces textes. Certains les connaissaient déjà très bien, d’autres ont été agréablement surpris. Ça m’a rassuré qu’ils apprécient ce dans quoi ils avaient investi !

As-tu eu des retours de lecteurs inconnus ? Qu’en ont-ils pensé ?
Très peu à vrai dire. Les ventes du livre sont au point mort, et il me faut l’offrir pour espérer avoir des retours. Mais les quelques retours que j’ai pu avoir de personnes qui me suivent sur Instagram sont très positifs.

Quels retours as-tu eus des blogueurs et booktubeurs ?
Les retours que j’ai eu ont tous été positifs, parfois moins enthousiastes si les textes avaient été lus d’une traite. J’ai eu des remarques pertinentes et intéressantes qui sont très enrichissantes. Et globalement, ce sont des non-fumeuses qui m’ont lu et elles ont apprécié de pouvoir comprendre ce qui pousse les autres à fumer. Je suis ravi que ces lectrices (car il n’y a pas d’homme jusque là) soient passées au-delà de la singularité du thème de ce livre et aient bien voulu me donner une chance en me consacrant de leur temps à travers leur lecture.

S’il fallait l’exprimer en trois mots, que retiens-tu de cette expérience ?
C’est très difficile comme question. Mais je dirais que c’est la « surprise » de rencontrer des personnes qui s’intéressent à toi, « l’enthousiasme » lorsque tu reçois un avis et échange avec ceux qui t’ont lus et la « motivation » que cela entraîne pour poursuivre ce projet avec le tome 2.

 Un grand merci Mick pour ce retour très instructif.

volutes féminines

CONCOURS

On termine par un concours, car Mick offre un exemplaire numérique de ses Volutes féminines! Pour participer, il vous suffit de laisser un commentaire sous l'article. Vous avez jusqu'au 17 novembre, puis Mick se chargera du tirage au sort.

 

Si vous n'avez toujours pas découvert ses volutes, voici quelques liens pour y remédier :

http://www.librinova.com/shop/mickael-gil/volutes-feminines

http://www.amazon.fr/dp/B01KAIOS9U

http://www.fnac.com/livre-numerique/a10020351/Mickael-Gil-Volutes-feminines#FORMAT=ePubKlik-Asyne