Y.Montand & S.Signoret

Yves Montand est lié à Simone Signoret à jamais, c'est indéniable.

Lui était un séducteur invétéré et volage, mais elle l'aimait de manière inconditionnelle.

Si Montand ne pouvait pas vivre sans Simone, il ne pouvait pas non plus vivre seulement avec elle. Il eut donc des dizaines de maîtresses, la plupart aussi éphémères que le désir qu’elles firent s’allumer dans ses yeux.

De son côté, Simone souffrait d'être amoureuse comme une adolescente, mais sa passion pour son homme ne s'émoussa jamais. D'ailleurs, elle le répètait souvent : « Je suis la première groupie de Montand ! ».

Mais un jour, le bel Yves succomba à la sublime Marilyn. Sans doute la plus grande rivale de Simone. Parce que si elle ne lui avait pas pardonné, elle l'aurait assurément perdu.

Retour sur cette impossible idylle so romantic entre deux amants dont la vie aurait pu être toute autre s'ils avaient pu s'aimer plus longuement.

Amis depuis leur collaboration sur la pièce à succès Les Sorcières de Salem (1954-55), Arthur Miller avait présenté le couple Montand-Signoret à son épouse Marilyn en 1959.

A.Miller, S.Signoret, Y.Montand & M.Monroe

Et c'est ensemble que les deux couples assistèrent à la 32ème nuit des Oscars le 4 avril 1960. Simone fut la première actrice française à y être couronnée. Marilyn semblait d'ailleurs être dans le secret des Dieux selon Montand : "(...) c'est maintenant l'Oscar de la meilleure interprète féminine, et Marilyn a dit à Simone qu'elle allait l'avoir ! " L'actrice américaine, elle, n'avait d'yeux que pour ce cher Yves, avec lequel elle tournait Le milliardaire (le bien nommé Let's make love en anglais)complètement sous le charme de la prestation qu'il venait d'effectuer sur scène en hommage à Fred Astair. Il faut dire qu'à l'époque, entre Arthur Miller et elle, le torchon commençait à brûler sérieusement. 

M.Monroe & A.Miller

Quelques jours plus tard, Simone Signoret dut repartir en Europe pour un tournage tandis qu'Arthur Miller s'envolait, lui, pour l'Irlande afin de lancer la production des Désaxés. Lorsque ce dernier dit au revoir à Yves Montand, il lui glissa à l'oreille un "Advienne que pourra"  lourd de sous-entendu qui laissa l'acteur français sans voix. Ce dernier se confia même à une amie commune, affolé, pressentant inconsciemment qu'il aurait toutes les peines du monde à ne pas succomber : "Il s'en va et me laisse avec Marilyn, dont l'appartement jouxte le mien ! Comme s'il ne savait pas qu'elle est prête à se jeter dans mes bras !"

La suite, c'est Montand lui-même qui la raconte le mieux : 

"J'avais Marilyn pour moi tout seul, et je ne le savais pas. C'est à ma partenaire, ma camarade, que je rendais visite pour répéter... Chaque soir, en rentrant du studio, nous travaillons une heure ou deux. Quand elle se lève, à la fin, nous sommes encore sous la tension de la répétition, je fume cigarette sur cigarette, et puis elle sourit : "Bon, on va manger, maintenant !" Je la regarde alors et je pense qu'elle est formidablement belle, saine, désirable - mais je ne la désire pas... simplement, je reçois cette énorme irradiation, l'impact de ce charisme rayonnant."

Marilyn & Montand

Et puis un jour, épuisée et fièvreuse, Marilyn fut incapable de répéter, ennuyée aussi de ne pas pouvoir le faire, de faire faux bond à son partenaire. Avant d'aller potasser son rôle dans ses appartements - une scène délicate comme il aime à le préciser - il passa lui dire bonsoir. 

"Je me rappelle que le salon était tout blanc, fauteuils blancs, rideaux blancs, une table noire, du caviar, et, comme d'habitude, une bouteille de champagne rosé. Je m'assois sur le bord du lit et lui tapote la main."

Ils discutèrent une minute ou deux - "Le dialogue le plus plat de la terre" - et Montand devant encore réviser quelques lignes pour le lendemain, il était désormais l'heure du kissing good night.

"Et sa tête pivote, mes lèvres dérapent. C'est un baiser superbe, tendre. Je suis à moitié sonné, je bafouille, je me redresse, me demandant ce qui m'arrive. Je ne me le demande pas longtemps..."

Tu m'étonnes ! D'autant que le séducteur à son corps défendant oublie de préciser que la belle était nue sous ses draps... Bref, pas besoin de vous faire un dessin pour comprendre ce qui se passa entre eux l'instant d'après. 

Sauf que très vite, les médias révèlèrent au grand jour l'idylle adultère. Et les potins allèrent bon train. Suffisamment loin pour que Simone et Arthur soient mis au courant. Si, pour le couple Miller-Monroe, la messe était dite depuis longtemps, de l'aveu même de l'époux cocufié, l'actrice française, durablement blessée dans son orgueil, déclara plus tard aux journalistes qui lui reparlaient sans cesse de cet épisode douloureux : "Vous en connaissez beaucoup, vous, des hommes qui auraient résisté à Marilyn ?"

74299847

Et si les deux amants avaient coutume de ne guère être fidèles à leur "moitié", le temps d'aventures passagères, ils avaient envie de faire durer celle-ci le plus longtemps possible. Mais il y avait Simone, et cette certitude pour Montand que c'était la femme de sa vie.

"J'étais infiniment touché, relatera plus tard le comédien. Touché parce que c'était beau, et touché parce que c'était impossible. Pas une seconde je n'ai envisagé de rompre avec ma femme, pas une seconde ; mais si elle avait, elle [Simone], claqué la porte, j'aurais probablement refait ma vie avec Marilyn. Ou essayé. (...) Ca n'aurait peut-être duré que deux ou trois ans. Je n'avais pas trop d'illusions. N'empêche, ces deux ou trois ans, quelles années !"

Y.Montand & S.SignoretL'idylle prit donc fin en même temps que le tournage du Milliardaire, à la fin juin 1960. Yves Montand rejoignit une dernière fois Marilyn à New-York pour des adieux déchirants à l'arrière d'une Cadillac avant de regagner l'Europe. A Paris, Simone et les paparazzi l'attendaient. Paris-Match titrera : "Les Montand ont survécu à l'ouragan Marilyn". Mais Marilyn, une fois de plus délaissée, survécut-elle à sa romance passionnelle et passionnée avec Montand ?

Si Simone fut alors victorieuse, elle eut néanmoins d'autres rivales sur sa route - toutefois moins dangereuses pour son couple que l'icône hollywoodienne - mais surtout, elle regrettera à jamais que Marilyn n'ait jamais su qu'elle ne lui en voulait pas. Parce qu'après tout, comment aurait-elle pu ne pas tomber éperdument amoureuse de l'idole de la groupie Signoret ?

Klik-Aventador