J’ai rencontré Céline Thomas au festival Trolls & Légendes. C’est la responsable de la maison d’édition Nutty Sheep. Si ce nom ne vous dit que vaguement quelque chose, peut-être que sa bannière vous parlera plus ?

Nutty sheep

 

Voilà ! Je savais bien que l'animal avait dû vous taper dans l'oeil ! Je vous propose de découvrir un peu plus cette maison d'édition qui a vu le jour en juillet 2016 : 

Merci, Céline, d’avoir accepté de nous parler de ta maison d’édition. Mais avant cela, pourrais-tu nous parler un peu de toi ? Qu’est-ce qui t’as donné l’envie de créer Nutty Sheep ? Quelles expériences sont nécessaires pour s’engager dans ce genre de projet ?
Avec plaisir ;-) J’écris depuis toujours, et après mes premières publications et la découverte du monde éditorial, je me suis trouvée happée par les coulisses du métier. J’ai d’abord travaillé en tant que directrice éditoriale et correctrice pour d’autres maisons d’édition. Puis, l’envie de créer ma propre structure est venue naturellement.

Qui a eu l’idée géniale du mouton et pourquoi ce choix ? Qui illustre si joliment ses différentes tenues teintées d’humour ?
C’est mon compagnon qui a eu l’idée du mouton ! On voulait quelque chose de fun et en rapport à l’idée de suivre les séries. Ensuite, on a brodé autour, lui fournissant ses accessoires pour le rendre vraiment déjanté.

C’est d’abord Robert Thomas, mon père, qui a créé le design de notre mouton en slip. Michael Bettinelli a pris la relève depuis.

Sur le site il est précisé qu’il s’agit d’une maison d’édition spécialisée en Science-fiction, Fantasy et Fantastique. Sa vocation est de promouvoir l’originalité numérique, mais tu fais également des versions papier. Les deux sont-ils compatibles pour une toute jeune maison ?
On reste une maison numérique avant tout. Nos formats brefs se prêtent vraiment à ce type de média. On fait un peu de papier pour les salons et pour les puristes réfractaires au numérique. ;-)

les genres

Avec trois genres différents et de nombreux appels à textes, combien de personnes travaillent pour Nutty Sheep ?
Nous avons un directeur/correcteur par collection et une équipe de graphistes.

Votre dada c’est les séries au format épisodique. Comment en es-tu arrivée à te spécialiser dans ces formats cours (séries, romans courts et nouvelles) ? De nombreuses maisons d’édition trouvent difficile de vendre des anthologies. Était-ce un moyen de te démarquer en prenant ce risque ou y a-t-il un public plus important qu’imaginé ?
C’est vrai que c’est un créneau de niche, mais je suis une vraie supportrice du format court. J’avais, avant tout, envie de publier ce que j’aime. Mais surtout, la série est vraiment faite pour le format numérique, proposant des alternatives au format papier originales, dynamiques, et pleines de possibilités. C’est une nouvelle façon de lire, qui j’en suis certaine, fera vraiment son chemin.

Combien de textes reçois-tu en moyenne par semaine et quels sont tes critères de sélection ? Qu’est-ce qui te séduit, t’horripile ?
On reçoit, en moyenne, une vingtaine de manuscrits par semaine. Heureusement, l’équipe est efficace. On recherche de la qualité littéraire, bien sûr, mais surtout une vraie patte (de mouton) : des textes, originaux, décalés, innovants.

nuttysheep1

 

Penses-tu faire évoluer la ligne éditoriale en fonction de l’intérêt du public et des ventes ou Nutty Sheep sera toujours estampillé format court ?
On prend bien sûr en compte l’avis des lecteurs, et nous faisons évoluer la maison. On va lancer une nouvelle collection de romans courts en tome unique (One Short), des séries de Comic Strips, une collection Nutty Romance… Mais effectivement, la ligne restera focalisée sur le format court.

Tu publies une anthologie tous les mois. Comment choisis-tu les thèmes ? As-tu déjà une liste établie sur l’année ou cela fluctue en fonction des remarques des lecteurs, des sorties littéraires du moment, etc ?
 Nous choisissons les thèmes avec l’équipe de directeurs de collection. La liste est plutôt figée jusqu’à 2018, mais on reste souples tout de même, ouverts à de nouvelles idées.

Vu le parti pris pour les séries et les thématiques mensuelles, j’imagine que tu travailles souvent dans l’urgence. Combien de temps est nécessaire entre la réception, la lecture et la décision de garder ou non un texte ?
Oui, effectivement, on travaille toujours dans le rush ;-) On essaie de boucler tout ça en un mois.

Quand un texte est refusé, comment se passe l’annonce ? Donnes-tu une indication sur ce qui a plu ou manqué dans le récit ?
J’essaie d’être le plus précise possible, tout en essayant de ménager les susceptibilités, ce qui est loin d’être évident.

Lorsqu’un texte est retenu, comment se passe la suite ? Est-ce une décision de groupe ? Quel est le processus éditorial jusqu’à la publication ?
C’est la décision du directeur de collection uniquement. Je veux éviter de faire intervenir trop de décisionnaires par souci d’efficacité dans le planning. Ensuite, on signe le contrat, ça passe en correction, on fait intervenir un graphiste…

 

nuttysheep2

Le format court nécessite une grande quantité d’auteurs, comment se passe la relation avec eux ?
Comme partout, tout dépend des cas. Mais, en général, il y a une super ambiance, potache et familiale. J’essaie d’impliquer tout le monde le plus possible dans la vie de la maison.

Parlons à présent vente, distribution et promotion. Où pouvons-nous retrouver les ouvrages de la maison d’édition ? Comment mets-tu en avant les publications et quels sont tes moyens pour promouvoir les auteurs ?
Le numérique est distribué partout. Pour le papier, on passe uniquement par Lulu. L’essentiel de la promo passe par les réseaux sociaux, c’est ce qui fonctionne le mieux aujourd’hui. C’est dynamique, comme nos publications.

Un grand merci pour tes réponses Céline, je ne doute pas que les lecteurs auront eu autant de plaisir que moi à découvrir ce qui se cache derrière le slip du mouton!  D'ailleurs, si vous avez envie de le croiser, rendez-vous dans leurs prochains salons :  Le Dormantastique, les Aventuriales, Fantasy en Beaujolais, Mons Livres.

Vous trouverez les appels à texte sur leur site. Ils recherchent des romans courts de 80 000 à 120 000 signes espaces comprises, des nouvelles sur le thème des loups-garous (anthologie prévue en juin) et sur le thème « femmes fatales » (anthologie de juillet).

oneshot

 

Leur site : http://nutty-sheep.com/

 

Klik-Asyne