festival du roman féminin

Je ne sais pas si vous connaissez le festival du roman féminin, c’est la 2e année qu’il se déroule à Paris, organisé par « Les romantiques ». J’avoue que j’avais vu passer leur annonce sur FB sans m’arrêter forcément. C’est lorsque j’ai appris que Florence Cochet y serait et que j’ai vu que je me trouverai à Paris pile au bon moment, que je me suis intéressée de plus près à cet événement.

 Le Prix d’entrée m’a fortement étonnée : 35 euros ! Ce n’est pas donné, mais quand on creuse un peu le sujet, on apprend que chacun repartira le soir avec 7 livres, ça fait réfléchir. Quoi de mieux pour découvrir de nouveaux auteurs et des livres que je n’aurais pas forcément remarqués ? Comme les billets d’entrée sont limités, j’ai sauté sur l’occasion avant même de découvrir le programme et je ne l’ai regretté à aucun moment.

Le programme a été publié peu avant l’événement : 14 conférences, 20 ateliers et 23 lectures,  11 auteurs internationaux, 23 auteurs francophones invités, 23 auteurs en off. Cet événement a plusieurs sponsors : Harlequin France, J’ai lu pour Elle, Kobo, Nisha Editions, BMR, BoD-Book on Demand ainsi que des maisons d’édition (dons de livres).

Salon féminin 2017

À l’arrivée, tout le monde reçoit un badge avec son nom (ce qui est fort utile pour les dédicaces et écrire le prénom sans faute). Cette année le sac offert était rouge passion et dedans, une quantité incroyable de petits cadeaux !
(Des marque-pages et cartes de visites, un baume pour les lèvres, un stylo, un carnet blanc parfait pour les dédicaces, un carnet pour noter ses idées de romans, un livre de recettes d’auteurs, des post-it originaux, un calendrier, un essui lunette, des pin’s, un extrait de roman, un art-book, des sacs, un roman audio).

 Je n’y suis allée que le samedi. Il y avait beaucoup d’ateliers à suivre, tous d’une durée d’une heure avec 4 en même temps (seul le jeu d’écriture durait 2h). Du coup, il faut faire des choix et accepter de louper plein de découvertes et de rencontres.

 De 9h à 10h : Écriture des formats cours / Lecture de 2 romans par leurs auteurs / Les secrets de l’autoédition / l’écriture sur plateforme ou forum / Jeu d’écriture 
Pour débuter la journée, j’ai choisi de découvrir les secrets de l’autoédition (Bod, KoboWritingLife, publishroom).

Je vous partage quelques informations glanées qui pourraient vous intéresser :
Le coût des corrections est estimé à 2 euros les 1’000 signes minimum (entre 2 et 3 euros).

Établir le Prix du roman : selon la catégorie, le prix change. Cela dépend également du nombre de pages, si la couverture est souple ou dure et la marge du bénéfice. En général, tous les ebooks sont sous les 5 euros. En papier cela évolue en fonction du genre (les généralistes à moins de 20 euros). Il est important de s’aligner sur le prix du marché, dans le même genre. Ne pas hésiter à fixer un prix de lancement 1 semaine à 15 jours, puis augmenter le prix et tester le marché. Il ne faut pas miser que sur les petits prix pour se faire connaître. Pensez à faire des ventes flash ou des opérations lors de la Saint-Valentin.
Les infos à mettre sur les sites doivent être identiques : titre, auteur, collection, date de parution. Sur votre blog d’auteur : présentation, livres, projets en cours, votre univers, newsletter.

Pour votre promo : il n’y a pas besoin de s’investir dans tous les réseaux (FB, Twitter, Instagram, blog), un seul est suffisant, mais cela se construit au long cours. N’hésitez pas à partager des bouts de chapitres, dévoiler les coulisses, parler de vos personnages, offrir des extraits. S’inspirer des retours des lecteurs pour écrire les suites des tomes est apprécié ainsi qu’utiliser dans vos romans le prénom des lecteurs.

Chez Kobo : la romance (+ érotique) est n1 des catégories dans tous les pays.
Mon avis : depuis l’arrivée des liseuses, il est plus aisé de lire de la romance sans se faire remarquer, je pense que ce genre a de très beaux jours devant lui !

De 10h à 11h : De l’édition traditionnelle à l’autoédition / Lecture / Harlequin : la sélection éditoriale de textes / les sportifs / Meet & Greet (2 auteurs)
Je suis restée dans la même salle pour découvrir comment se passe la sélection chez Harlequin (avec Sophie Lagriffol, Karine Lanni, Adélaïde Rigaud, Danaé Tourrand-Viciana):

Après une rapide présentation des différentes sections chez eux, j’ai appris que chaque mois, ils lisent tous les romans anglais publiés par leur maison mère (Toronto, Londres) et ils choisissent en fonction des attentes du lectorat français. Par exemple, tout ce qui traite du viol, du trafic d’êtres humains et de la littérature chrétienne sont retirés de cette sélection. Ils publient environ la moitié du catalogue anglais et essaient de ne jamais publier le même auteur dans le mois pour varier les thématiques.

En 2018 Harlequin France aura 40 ans, il faudra donc garder un œil sur leur site, car il devrait y avoir quelques surprises de prévues.

La durée de vie d’un livre en rayon est de 1 mois, ils rééditent les meilleures, mais pas forcément les très vieux qui évoquent par exemple le minitel, cela n’aurait plus de sens à notre époque (amis auteurs, faites attention en utilisant la technologie actuelle  ). Tous sortent en papier et en ebook (qui eux résistent plus qu’un mois).

J’ai quitté l’atelier au milieu pour tenter d’en découvrir un autre, je suis allée dans la partie « Les sportifs» 

auteurs 1
Cora Carmack et Monica Murphy)

Je me suis rendu compte qu’un grand nombre de lectrices aimaient les sportifs, car il y avait foule dans la salle. Les lectrices aiment particulièrement ce genre si cela peut leur faire découvrir un nouveau sport et si le héros n’est pas parfait. En cela, les auteurs répondent que la perfection du personnage dépend beaucoup de la place qu’il occupe dans le sport et sur le terrain. Par exemple, le receveur sera grand et musclé, l’entraîneur pourra être un peu plus enrobé, le team manager sera grand et moins musclé.

Le plus de la romance sportive reste la blessure et la reconstruction. De ce fait le récit traitera d’un travail dur pour retrouver un corps parfait.

Il est important de se différencier du sportif très stéréotypé. Pour se démarquer, le récit peut évoquer la mise à part d’un joueur de l’équipe à un moment (mais cette personne continuera à beaucoup s’investir pour eux), quelqu’un qui boost l’équipe et qui a un rôle de blagueur. On peut aussi mettre en concurrence sur un même type de rôle, ou une personne qui représente le joker de l’équipe. Il faut créer des conflits, que ce soit de caractères ou de positions dans l’équipe. Différents caractères peuvent créer une incursion de clichés (structure de l’équipe, âge, blessure, construire l’équipe avec un type de caractère). Et bien sûr les personnages secondaires du tome 1 deviennent les personnages principaux de la suite.

De 11h à 12h : Écrire plusieurs genres / Lecture / Succès d’auteurs indés sur Kobo Writing Life / Le livre audio / Meet & Greet (13 auteurs)

auteurs 4
Céline Mancellon, Emily Blaine, Emilie Mathieu (Hardigan)

Le livre audio restant un mystère pour moi, cela m’intéressait d’en savoir plus. En ce début de conférence, il est relevé qu’en effet cela a une image poussiéreuse, car certains pensent tout de suite à Jean Rochefort dans Winnie l’ourson. Pourtant, l’audio est immersif et même s’y n’y a qu’une voix la personne sait apporter une ambiance mettre l’intention. Selon la responsable d’Hardigan, essayer un livre audio c’est ne plus faire marche arrière après. Il y a bien sûr un intérêt pratique quand on a peu de temps devant soi pour lire (transport, maison). Aujourd’hui, le livre audio n’est plus pour les personnes en incapacité de lire (malvoyant, personnes âgées), le panel s’est élargi aux podcasters. La cible principale c’est le grand lecteur.
Le ludique et la jeunesse fonctionnent bien en audio en France. Le contrat est de 50-50 en général.

Le frein pour tester ce mode de lecture est propre à la France, car c’est apparemment très développé en Angleterre et en Allemagne où la tradition de la transmission orale est restée, alors que ça s’est ringardisé en France.

Comment choisissent-ils les narrateurs ? Selon la voix et ses possibilités d’interpréter différentes tonalités et le livre, un sondage est réalisé en interne avec ceux qui ont lu le roman. Certains auteurs sont comédiens et souhaitent lire leur roman.

L’offre actuelle concerne la SF (pour les vieux geeks), la fantasy (principalement pour les femmes), les romances érotiques, new adule (c’est souvent une héroïne ou du MM) et le développement personnel (pour ceux qui lisent de l’audio tout le temps). À présent, les best-sellers sont privilégiés en audio.Dans le futur, le livre audio doit acquérir une image plus sexy.

En audio, l’auteur entend tous les défauts (écriture qui évolue, tics de langage, incises). C’est pourquoi il est conseillé aux auteurs de lire à voix haute ce qu’ils écrivent  .

De 12h à 13h : Le numérique / Lecture / jC Lattès &moi / La romance militaire / Meet & Greet (12 auteurs)
Là, j’ai choisi de découvrir la partie « Meet & Greet », où je suis allée à la rencontré de plusieurs auteurs et suis repartie avec des dédicaces. Il y a beaucoup de monde qui profitent de cette occasion et de ce fait ne peuvent suivre les ateliers. Certaines lectrices ont même créé des cahiers spéciaux avec une page par auteurs incluant une place pour une photo.

Après un rapide tour, j’ai pris la dernière demi-heure pour me rendre compte de l’importance de "la romance militaire". Là aussi, que de monde dans la salle ! À l’évidence, c’est un thème qui parle aux lectrices.


auteurs 2bVoici les infos d'Amheliie et Battista Tarantini : donc, dans la romance militaire, soit ça parle d’un civil avec un militaire soit ça se passe entre militaires.

La place de l’héroïne dans un univers très masculin : elle peut montrer de la fierté sans mettre le militaire sur un pied d’estale, une fille combatrice qui accepte les règles de son mec militaire et avoir une vie à elle. Une héroïne qui fait des vagues, qui tergiverse beaucoup, qui a un parlé cash, brut. Il ne faut pas oublier que la base c’est une ruche.En tant qu’auteur, cela peut être compliqué de ne pas prendre parti, c’est un défi dans la romance militaire,  soit on utilise des lieux réels, soit on choisit une parade et on réinvente les noms. Pour les militaires, cela reste leur métier, même s’ils n’ont pas envie de se retrouver là, c’est une vocation. Il faut retranscrire l’histoire comme un acte patriotique, ils servent un pays, pas une cause, il ne faut pas réfléchir.L’éloignement devient un jeu. C’est un monde très codé (l’auteur a appris par exemple, qu’il n’y a pas le droit au téléphone ou au pc portable, le courrier devient obligatoire, sauf si c’est en accord avec le supérieur). La relation entre militaire est une relation interdite.

Comment sont les héros militaires : du caractère, autoritaire, badass, passionné. Il faut travailler la psychologie, une posture, le syndrome post-traumatique (travailler sur le avant-après), donner l’apparence du roc avec ses faiblesses cachées. Les lectrices préfèrent que ce soit un conard de misogyne au départ (ce qui le rend sexy) sans que ce soit un connard ou un bisounours à la fin. Qu’ils s’adoucissent oui, mais qu’il se tienne à son caractère jusqu’au bout.

De 13h à 14h : pause repas.
Nous avons eu l’obligation de vider les lieux de 13h à 14h, avec l’impossibilité de rentrer pour utiliser les toilettes, heureusement qu’il ne pleuvait pas, car un grand nombre a attendu sur le trottoir. Cette fermeté et la tonalité parfois un peu sèche d’une personne de l’équipe a été le seul point négatif à relever durant la journée.

De 14h à 15h : La romance à la française / La traduction / Milady / Littérature et musique / Meet & Greet (13 auteurs)
Je n’ai pas pu assister à ces ateliers, car j’étais en séance de dédicace.

 

Ruberto SanquerRuberto Sanquer

 Les organisatrices ont proposé aux visiteurs qui avaient coché la case « je suis auteur » d’obtenir également un temps pour se faire connaître et je trouve ça vraiment très appréciable. J’avais pris un exemplaire de chacune de mes publications, mais cela n’a pas eu de succès. J’ai signé quelques dédicaces et discuté avec Deborah qui avait déjà lu mon roman, c’était très plaisant. Bien sûr j’ai eu bien moins de personnes devant ma table que la majorité des autres auteurs.
À mes côtés, j’ai fait la connaissance de Ruberto Sanquer, la plus enrichissante rencontre de la journée, je pense, car nous avons pu échanger sur notre expérience et échanger nos livres. 

De 15h à 16h : Féminisme et romance / La romance érotique / La romance autour du monde / Le costume dans la romance historique et steampunk / Meet & Greet (3 auteurs)

auteurs 3
Karen Hawkins et Shelly Adina

A l'atelier « Le costume dans la romance historique et steampunk », c’est probablement l’horaire de l’atelier qui fait que nous ne sommes que 5 (il y a déjà une foule qui s’amasse aux portes des dédicaces de 16h pour être sûre d’obtenir le livre souhaité) .

Les questions sont pourtant intéressantes, j’y ai appris qu’il y avait un musée steampunk à Oamaro (nouvelle Zélande). Parlons tenue : dans l’histoire le corset est à l’intérieur, mais cela se porte à l’extérieur dans les romans. Dans le steampunk il y a beaucoup de liberté d’écriture, par contre, le corset et les lunettes sont obligatoires (les lunettes pour le zeppelin). D’ailleurs, il reste 2 zeppelins dans le monde, Shelly Adina a grimpé dans un avec ses lunettes, mais elle n’a pas pu le conduire pour autant  .

Concernant la romance historique, à l’époque les femmes changeaient 5 fois de tenues dans la journée (matin, après-midi, équitation, ménage, etc. Une tenue pour tout). À l’époque, les robes se portaient une fois puis cela était donné, car la tenue ne se lavait pas. Elle finissait entre les mains d’une employée qui la découpait pour adapter la robe à sa morphologie et à son rang, puis elle se donnait à une autre employée et ainsi de suite. Cela explique pourquoi nous voyons dans les musées des tenues très petites, elles étaient tellement découpées à chaque nouvelle détentrice que cela terminait pour une enfant. Une anecdote de Karen Hawkins : une robe d’Élisabeth 1ere a été tellement transformée qu’elle a terminé en nappe d’autel dans une église.

De 16h à 18h : dédicaces des auteurs et 7 livres à gagner

Bilan : un festival a refaire, c’est certain, pour les rencontres, les ateliers, les cadeaux et les livres, ce fut de belles découvertes. Une organisation au top, un concentré d’auteurs très disponibles, que du bonheur !

 

https://www.facebook.com/FestivalDuRomanFeminin/

Klik-Asyne