pair-2718334_960_720

L'amour, l'amitié, ça n'a rien à voir... Peut-être ou peut-être pas !

"S'il te plaît fais-moi l'amitié ce soir de m'aimer jusqu'à l'amour" chantait Patricia Kaas en 1997, soulignant par là-même toute l'ambiguïté d'une relation amicale homme-femme. Ambiguïté alimentée, dans l'imagerie populaire, par nombre de films ou de livres (y compris parmi mes propres récits) surfant sur cette thématique d'une mutation quasi incontournable d'une amitié mixte en relation (plus ou moins) amoureuse. Cette imagerie populaire est d'ailleurs davantage ancrée dans les esprits masculins, qui conçoivent assez difficilement des relations purement platoniques sans aucune arrière-pensée avec une personne du sexe opposé, que chez les femmes, souvent plus enclines à croire ce type de relations possible.

Mais alors qu'est-ce qui explique qu'on bascule ou non de l'autre côté du miroir ? C'est con à dire, mais l'attirance physique est un paramètre à prendre en compte. Je me souviens qu'à une époque, je m'étais demandé si les sentiments que j'éprouvais à l'égard d'une amie étaient simplement amicaux ou si ça allait plus loin que ça, tellement je me sentais bien avec elle, tellement notre complicité était évidente et sans tabou. Et après réflexion, je m'étais aperçu qu'en fait, il n'y avait aucune velléité séductrice entre nous, et que je n'avais jamais eu un quelconque désir pour elle, ni même l'envie de l'embrasser (autrement qu'amicalement) ou de la toucher, la caresser. Après avoir mis les choses au clair avec moi-même, je m'ouvris à elle sur cette interrogation qui m'avait titillé et lui livrai mes conclusions. Et elle me rejoignait parfaitement, soulagée que mes sentiments n'aient pas eu cette mutation soi-disant incontournable.

C'est un peu comme l'amitié "fraternelle" - mais qui se situe bien au-delà de "l'obligation familiale" - qui a pu me lier à l'une de mes cousines en particulier. C'est l'interdit implicite d'une éventuelle relation amoureuse qui nous conduit inconsciemment à ne pas l'envisager comme possible et donc à nous affranchir mentalement de cette projection en ne construisant la relation que sur un plan amical.

En fait, le lien amical se voit fragilisé dans trois cas de figure : lorsque les deux personnes de sexe opposé sont en situation de célibat et ont une certaine attirance l'une pour l'autre ; lorsque l'une des deux personnes est consciemment amoureuse de l'autre et souhaite que leur relation évolue alors que ce sentiment n'est pas réciproque ; lorsque l'une des deux personnes se met en couple et que son conjoint jalouse la relation privilégiée qu'elle a avec son ami(e).

Dans le premier cas, l'amitié mute forcément à un moment donné ou un autre en relation amoureuse ("Mon ami, mon amour, mon amant" comme le scande Jenifer dans sa chanson "Paradis secret").

Le second cas est plus nuancé puisqu'il y a un rapport de séduction qui s'effectue de la part d'une des deux personnes par rapport à l'autre (à moins que la personne amoureuse n'en dévoile absolument rien, par crainte de perdre l'amitié de l'être aimé sans avoir gagné son amour). Soit le jeu de la séduction finit par fonctionner, l'amitié mute alors en relation amoureuse ; soit ce jeu ne fonctionne pas pour diverses raisons (orientation sexuelle, un amoureux/une amoureuse déjà présent ou présente dans le paysage, attirance non réciproque...) et on aboutit à un statut quo amical (bien que la personne amoureuse risque de souffrir de ce statut quo) ou à une rupture irréversible du lien amical.

Dans le troisième cas, la personne en couple dont le conjoint jalouse la relation amicale aura systématiquement un choix à faire entre son ami(e) et son amoureux/amoureuse. Si elle choisit de sauver son couple, il y aura rupture amicale ; si elle choisit de ne pas céder au chantage amoureux, l'amitié est sauvegardée et peut même éventuellement muter en relation amoureuse si les conditions requises sont réunies pour ce faire.

Mais alors, quid du sex-friend ? Il est vrai que cette notion brouille un peu les cartes suivant ce qu'on entend par là. Le sex-friend, dans son acception la plus générale, est une relation sexuelle partenariale, suivie ou non, sans engagement ni sentiment. Néanmoins, si l'on pousse le raisonnement plus loin en partant du postulat que deux amis de sexe opposé dépassent les limites de leur complicité amicale jusqu'à l'inclure dans des jeux sexuels communs, ça complexifie la relation : est-ce vraiment du sex-friend dans la mesure où ce n'est pas une relation sans sentiment (bien que celui-ci ne soit pas réellement d'ordre amoureux) ? Est-on toujours dans une relation amicale, n'a-t-on pas basculé dans une relation un tant soit peu amoureuse puisque la principale barrière (charnelle) qui permet de distinguer l'amitié de l'amour a été franchie et que l'attirance physique est réciproque ?

En définitive, tout ceci démontre bien que dès qu'on aborde la relation homme-femme, l'ambiguïté et la duplicité de leur rapport se fait jour, à tout le moins dans l'imaginaire collectif. Cela ne veut toutefois pas dire que l'amitié homme-femme au sens strict n'existe pas, j'en ai démontré le contraire, mais elle s'avère complexe et son évolution, son devenir dépend de beaucoup de paramètres. Cela étant, sa mutation en relation amoureuse est bien loin d'être systématique.

Après ces modestes tentatives d'explications sur ce qu'est l'amour, je vous ferai part, dans un ultime épisode, de mes coups de coeur cinématographiques des meilleurs films mettant l'amour à l'honneur (sans forcément être une romance d'ailleurs...).

En attendant, je vous souhaite une excellente Saint-Valentin à toutes et à tous !

Klik-Aventador