04 mars 2016

Le beau

J’étais à la bibliothèque, tout timide devant le rayon philosophie, quand un livre me fait : « Pssst, canaille ! » Je me saisis du livre avec un froncement de sourcils, n’ayant guère l’habitude d’être interpellé de la sorte. Le pavé est austère et volumineux. Il se radoucit, et avec un ton que l’on emploie pour parler à un marcassin égaré dans un atelier de souffleur de verre, il m’explique : « Demande à un crapaud ce qu’est la beauté, le grand beau, le to kalon ! Il te répondra que c’est la femelle... [Lire la suite]