Découvrir la vie de Charlie Chaplin dans son intimité familiale au Manoir, faire un parcours inédit à travers les décors de ses plus grands films au Studio hollywoodien, ou une promenade dans le parc, c’est désormais possible !

vue du ciel

Inauguré le 16 avril 2016 à Corsier-sur-Vevey, en Suisse, 127 ans après sa naissance, Charles Spencer Chaplin a enfin un musée à son nom. Il s’agit de l’unique site touristique dédié à l’un des plus grands créateurs du 7eme art, sur le domaine où il a vécu les 25 dernières années de sa vie. La visite prend en compte ses 50 ans de carrière (comédien, pantomime, scénariste, réalisateur, compositeur, producteur).

Prix 
- Tarif adulte : 23 CHF
- Tarif enfant (de 6 à 15 ans) : 17 CHF
Gratuit pour les moins de 6 ans. Adapté aux fauteuils roulants.

les chaplins

En arrivant à Corsier-sur-Vevey, l’accès est aisé pour trouver le site de « Chaplin’s world ». Par contre, prenez de la monnaie, car le parking de 230 places est payant (2 CHF l’heure). L’entrée est non loin, pour cela on passe devant le restaurant « The tramp » (pensez à réserver si vous désirez manger sur place, car avec les groupes, les lieux sont rapidement pleins, et si vous n’avez pas pu tout visiter avant la pause de midi c’est sympa de pouvoir continuer l’après-midi).

Pour parvenir aux caisses, l’attente se fait en extérieur, sous un couvert. Donc on est protégé de la pluie, mais pas du froid (pensez à prendre une petite laine si vous êtes sensible à la température). Le personnel aux caisses est encore en rodage, comme cela vient d’ouvrir, mais ils sont attentifs et au petit soin, je les ai trouvés très professionnels.

Après les caisses, vous arrivez de suite dans la partie boutique et souvenirs (crayon, stylos, carnets, livres, cartes postales, affiches de film, tasses, sacs, bijoux, porte-clés, canne, etc.) Vous ressortez du bâtiment et là deux options s’offrent à vous :

1)      Visiter le parc, ainsi que la maison où il a vécu.
2)      Visiter les studios de 3'000 m2

Aujourd’hui, je vais vous parler de la partie studio. On se retrouve à attendre dehors, sous le couvert. À l’entrée une télé montre un film de Charlie Chaplin, quand il monte un mur en briques. Les minutes d’attentes défilent pour nous dire quand l’accès à l’intérieur sera possible. C’est une agréable façon de patienter. Puis on entre dans une belle salle de cinéma pour visionner un film de quelques minutes.

ciné

C’est très intéressant on redécouvre le personnage, sa vie privée et professionnelle, on découvre ses films, sa personnalité hors caméra. Une fois cela terminé, l’écran se soulève et laisse place à un couloir. Nous entrons dans le monde de Chaplin (et là j’avoue que c’est quand même la classe de «  traverser la toile ». Un grand coup de chapeau pour ce détail).

entrée film

(À gauche, la mère de Chaplin, derrière un policier du film Le kid, et en arrière fond une scène qui passe en boucle, il est donc possible de poser pour une photo avec Chaplin qui arrive derrière soi).

Décors et clins d’œil à des personnalités :

Les personnages en cire sont extrêmement bien réalisés (musée Grevin), il est possible de les toucher et poser à côté sans aucun problème, vous pourrez donc boire le thé avec Chaplin ou vous retrouver en prison avec lui (il est possible de « tordre » les barreaux pour entrer dans la cellule, de s’assoir au restaurant, de visiter la banque, etc.)

              prison thé (Les temps modernes)

barbier (Le dictateur)

On trouve plusieurs personnalités connues, dont Mickael Jackson, qui se serait inspiré de Charlie Chaplin pour créer le MoonWalker.

Les costumes

Le 6 janvier 1914, Chapline doit jouer le rôle d'un ivrogne flirtant avec Mabel Normand. On lui demande d'enfiler un costume comique et de se grimer. Dans la loge, il se saisit de l'immense pantalon de Roscoe "Fatty" Arbuckle, du veston serré de Charlie Avery, d'un chapeau melon appartenant au beau-père d'Arbuckle et de chaussures trop grandes pour lui. "Je voulais que tout ne soit que contradiction", écrira-t-il. A cette tenue, il ajoute une moustache et une canne. Charlot est né ! "Comme les vêtements m'avaient inspiré le personnage, j'ai décidé sur le champ de ne plus jamais m'en départir".

chapeau canne chaussure  costume

Tout est fait pour qu’on se sente de « la famille », on se sent proche de lui, c’est indéniable. Il est aisé de se sentir « acteur » aussi, car on peut se photographier dans différentes parties de décors de film. On s’installe aux tables de montage, on prend connaissance des sons rajoutés, on se rend compte de la bête de travail qu’il était.

sons1

C’est une visite à conseiller, pour les petits et les grands, on est dans son élément. On en vient même à regretter de ne plus avoir un tel talent de jeu chez les acteurs de notre époque. Le personnel de surveillance est discret et attentif aux besoins (ex. indiquer les ascenseurs pour les personnes le nécessitant).

Objets célèbres de film

 

objets film 2 
(la danse des petits pains dans "La ruée vers l'or")

 

objets film1 
(et la scène où il mange ses chaussures (en réglisse))

Silence, on tourne !

sonsAux premiers temps du cinéma muet, l'éclairage artificiel n'existe pas : on construit les décors sur un plateau extérieur, par-dessus lequel on tend des draps de mousseline afin de filtrer les rayons du soleil. Le studio construit par Chaplin en 1917 comprend deux plateaux, extérieur et intérieur. Ce dernier dispose d'un plafond de verre qui laisse passer la lumière naturelle. Chaplin y tournera 17 films entre 1918 et 1952. Il lui arrive de structurer toute une séquence autour d'un objet ou d'un décor, comme l'escalier roulant dans "Charlot chef de rayon". Il n'est pas rare qu'il fasse monter ou démonter un décor plusieurs fois jusqu'à ce que la scène et l'interprétation des comédiens correspondent à ce qu'il attend.

décors qui bouge 

affiche 2

En 1935, il achète les droits du roman fantastique de Pierre Veber "La Seconde vie de Napoléon 1er", dont il tire un scénario où l'Empereur, emprisonné à Sainte-Hélène, se fait remplacer par un sosie. En voyant les horreurs que ses guerres ont engendrées, il fait le projet de conquérir le monde pacifiquement. Une fois encore, Chaplin renonce au projet. L'idée de sosie et d'idéaux pacifistes influencera néanmoins fortement l'écriture du "Dictateur".

 

affiche 1

"La première fois que j'ai vu Hitler et sa petite moustache, j'ai cru qu'il voulait m'imiter et profiter de mon succès!" écrira Chaplin, C'est dire combien j'étais égocentrique!" Au début du tournage du "Dictateur", Chaplin se demanda comment jouer Charlot, puisque le personnage ne parle pas. "Et puis soudain, j'ai trouvé la solution. C'était l'évidence même ! Dans la peau d'Hitler, je pouvais haranguer les foules dans un jargon incompréhensible, être aussi volubile que je le voulais. A l'inverse, dans celles de Charlot, je pouvais rester à peu près silencieux". Chaplin visionne de nombreux films d'actualité sur Hitler pour s'imprégner de sa rhétorique et de sa gestuelle. Le voyant prendre tendrement un enfant dans ses bras, Chaplin affirmera : "Ce type est l'un des plus grands acteurs que j'aie jamais vus".

 

Bien que Chaplin ait toujours eu le désir de devenir un acteur "sérieux", c'est au sein de la troupe de Karno, où le burlesque se mêlait au pathos, que son talent se développe. Ce mélange de tragicomédie deviendra le leitmotiv de films tels que "Le Vagabond", "Le kid" ou "Les lumières de la ville". Le dernier film américain de Chaplin, Les Feux de la rampe, dans lequel il interprète pour Corsi la première fois un rôle dramatique, se termine sur un sketch de vaudeville en duo avec Buster Keaton. Cette scène exprime à merveille le concept de beauté de Chaplin, l'instant où le rire se transforme en larmes.

film1 film1a

Objets personnels

Dans un décor de banque et de coffres forts, on découvre des objets personnels, entre autres  :

- Un document annonçant qu'il fut anobli  par la Reine Elisabeth II le 4 mars 1975
- Les deux oscars reçus
- Des prix décernés : la clé de New York et le prix Handel, remis le 6 avril 1972
- Le carnet de Ridley Scott des Feux de la rampe, responsable de la conception des costumes, avec les essais et les tenues finales

Mon avis : une visite à conseiller, pour les petits et les grands, pour le découvrir ou le redécouvrir !

https://www.facebook.com/chaplinsworld/

http://www.chaplinsworld.com/

la visite du manoir : http://www.chaplinsworld.com/le-monde-de-charlie-chaplin/organisation-mus%C3%A9e/manoir-ban

fin

(note : une partie du texte provient du musée) Klik-Asyne