JE-lectures

Le Petit Nicolas, c'est ma Madeleine de Proust, c'est mon premier souvenir marquant de lecture. Et aussi mon modèle en matière de littérature enfantine.

th__8_

 René Goscinny (1926-1977) n'est pas un illustre inconnu pour nombre d'entre nous : il est le créateur d'incontournables héros de BD comme Asterix ou Iznogoud. Il a également collaboré à plusieurs albums de Lucky Luke. Lui, c'est l'écriture, le scénario, l'intrigue, dans ce registre plutôt difficile qu'est l'humour jeunesse.

Goscinny & Sempé

Avec Jean-Jacques Sempé (1932-...), il crée Nicolas en 1959 dans une première histoire intitulée L'oeuf de Pâques, et le premier recueil de plusieurs histoires Le Petit Nicolas paraît en 1960.

Moi, j'ai fait la connaissance du Petit Nicolas à l'âge de 8 ans avec Les Récrés du Petit Nicolas. Goscinny était déjà mort, l'école des années 80 n'avait plus grand-chose à voir avec celle des années 60, et pourtant j'ai adoré d'emblée.

Parce que c'est à travers les yeux de Nicolas, petit garçon d'environ 8-9ans, qu'on découvre son univers (Monsieur Blédur, Monsieur Moucheboume), sa famille (ses parents, Mémé, tonton Eugène), ses nombreux copains (Alceste, le gros qui mange tout le temps, Agnan le chouchou, Clotaire le cancre, Eudes, Geoffroy...), son école (la maîtresse et le Bouillon, le surveillant général, Mouchabière). Un phrasé rigolo, enfantin avec des expressions devenues cultes comme : "C'est chouette" ou "Non mais sans blague, c'est vrai quoi à la fin !". Le tout illustré de dessins humoristiques.

6599474943_1b58dc5ebb_n

Même bien des années plus tard, je me souviens encore d'histoires comme La montre ou L'appareil-photo, et par la suite Je me cire.

J'en garde tellement un bon souvenir que c'est vraiment quelque chose que j'ai voulu faire découvrir à ma fille. Et elle aussi a beaucoup aimé.

Mon épouse me sachant fan depuis des lustres, elle m'offrira deux volumes collectors sortis à l'occasion du cinquantenaire du Petit Nicolas en 2009 : Le ballon, superbe album avec des illustrations inédites et collorées signées Sempé (alors qu'elles sont à l'origine monochromes), et Histoires inédites du Petit Nicolas volume 1, un gros pavé illustré que j'ai pris plaisir à lire et découvrir, et à partager par la suite avec ma fille.

th__7_

Pour ses 50 ans, les hommages se sont d'ailleurs multipliés avec la première adaptation cinématographique signée Laurent Tirard et une série animée co-produite par M6.

Le Petit Nicolas

Si le film est plutôt fidèle à l'esprit du Petit Nicolas, sa principale gageure a été d'en faire une intrigue unitaire à partir de courtes histoires sans autre lien entre elles que leurs personnages. C'était la condition sine qua non imposée par Anne Goscinny, le fille de l'auteur, pour accepter une adaptation cinématographique : ne pas en faire un film à sketchs. Pari à moitié réussi mais le résultat est plutôt sympathique. Ce qui appellera un opus 2 : Les Vacances du Petit Nicolas (2014), à mon sens moins réussi.th__12_

Déjà, Nicolas n'y a plus ses camarades habituels mais des copains de vacances, qui me sont moins familiers, et surtout, le film est nettement moins unitaire avec une grosse entorse à l'esprit du Petit Nicolas : l'utilisation (unique certes mais tout de même !) d'un gros mot. Impensable dans une oeuvre destinée aux enfants dans les années 60, même si aujourd'hui ils sont pour la plupart passés dans le langage courant. D'ailleurs, dans l'histoire intitulée Le gros mot (recueil Histoires inédites du Petit Nicolas volume 1), le gros mot en question n'est jamais divulgué.

 

th__11_Au final, la meilleure adaptation reste la série animée Le Petit Nicolas, découpée en autant d'épisodes que d'histoires, avec un phrasé très proche de l'original. Avec un graphisme actuel dans un décor sixties. Le rendant plus que jamais intergénérationnel (puisqu'il existe des livres illustrés dérivés de la série animée).

Bref, Le Petit Nicolas n'a pas fini de faire sourire les petits et les grands de près de 40 pays différents...

Petit-Nicolas-Bonheur_200

Klik-Aventador