Concours-dessinDepuis l'ouverture de la nouvelle amicale des illustrateurs, les auteurs peuvent proposer un extrait de leurs écrits et voir ce que cela succite chez les artistes. Ce concours est ouvert aux personnes ayant des pratiques artistiques, mais aussi à celles qui n'en ont pas, désireuses d'expérimenter une nouveauté. Aucune contrainte, si ce n'est celles de votre imagination, et toutes les techniques sont possibles.

 

L'extrait à illustrer du 1er concours étaitAnetoth, T.1 "Le Tournoi" de Rulae

Alas se redressa avec précaution avant de balayer les alentours du regard. Il ne vit rien tout d'abord, rien d'autre que les fourrés. Puis deux yeux s'allumèrent plus loin, dans l'ombre des feuillages.

L’étrange regard doré le fixait avec une intensité incroyable. Un loup ? Il reprit son souffle, sans gestes brusques. Il distinguait vaguement la forme de la bête à présent, malgré la pénombre qui l'entourait, et elle était immense, à tel point qu'elle pouvait le regarder bien en face sans même lever la tête. Il n'avait jamais eu peur des bêtes sauvages, mais ces pupilles qui le transperçaient avaient quelque chose d'insoutenable, quelque chose... d'humain. Il recula lentement, prudemment. La bête parut comprendre ce qu'il avait à l'esprit car elle quitta les fourrés pour avancer vers lui. Quand elle surgit à la lumière du jour, l’effroi le paralysa.

L'Urstan était gigantesque, de plus de deux toises au garrot, couvert d'une fourrure fauve, presque rousse, qui dessinait une crinière folle autour de son énorme col. Il dut lever le menton pour l'observer, pourtant le plantigrade n'était pas encore dressé sur ses pattes arrière. Larges comme des assiettes, pourvues de griffes, celles-ci traçaient des sillons dans le sol derrière lui. Passées quelques secondes, ses oreilles, longues et fines, munies d'un plumet à leur extrémité, se couchèrent sur son crâne. Alas voulut avaler sa salive et s’aperçut qu'il n'en avait plus. Une petite voix dans un coin de sa tête lui hurla de faire quelque chose, de courir, mais il ne put faire un geste ; les yeux de l'urstan le clouaient sur place.

Il s'écoula une éternité avant que la bête ne se remette à bouger. Puis elle décrivit un arc de cercle autour de lui. Son museau, large et massif, surpassait en longueur ceux de la plupart de ses congénères. Les urstans sauvages qu'Alas avait l'habitude de croiser dans les montagnes étaient de taille plus modeste et, bien que de nature agressive, ils ne se préoccupaient généralement pas beaucoup des hommes, pour peu que l'on ne se mette pas en travers de leur chemin. On en voyait parfois à cette époque de l'année, car ils sortaient de leur hibernation et venaient chercher de la nourriture plus loin que d'habitude, mais leur long sommeil les avait suffisamment affaiblis pour qu'ils demeurent craintifs quelques temps.

— Je te surveille depuis plusieurs jours.

Pétrifié, Alas mit presque une minute à comprendre que la voix venait de l'animal. Le son clair, fluet, semblait terriblement humain lui aussi. Il sentit les poils de ses bras et de sa nuque se dresser. L'urstan le fixait toujours et semblait voir jusqu'à son âme. 

— Je connais ton secret, reprit le plantigrade en découvrant des crocs démesurés, luisants de bave. Je sais ce que tu as fait. Si tu ne renonces pas à ce pouvoir, je reviendrai.

 

Les oeuvres proposées :

Diomede
(
Celle du gagnant : Diomède)

 

les oeuvres

 

 

Fa-a-Face

Comme beaucoup d’auteurs, voir une scène ou un personnage de son roman illustré est un rêve. Alors, qu’est-ce que ça fait quand ça arrive ? Demandons-le directement à l’intéressée :

Rulae, était-ce facile de choisir un extrait de ton roman pour ce premier concours ?

Arf, non, c'était ultra dur ! Parce que toutes les illustrations étaient parfaitement « correctes », très « vraies » chacune à leur façon et qu'elles auraient toutes pu gagner. Le vote final est très subjectif, ça s'est joué à rien (et ça ne veut surtout pas dire que les autres illustrations sont « mauvaises »). 

Qu'as-tu ressenti lorsque tu as découvert les créations ?
De l'excitation d'abord ^^ ! Je sautillais devant mon ordinateur (mon chat me regardait d'ailleurs bizarrement). Ce n’est pas tous les jours qu'autant de JE illustrent votre texte ! De la gratitude ensuite, parce qu'il y a eu plus de participants que ce à quoi je m'attendais. 

J’ai lu que ces réalisations t’avaient permis de voir ton texte autrement, pourrais-tu nous en dire plus ?
Quand j'ai du mal à prendre du recul sur mon texte, je me dis que j'aimerais bien ne pas en être l'auteur, pour le découvrir avec un œil neuf, comme n'importe quel lecteur. Ça me permettrait de juger de plein de choses dont je ne peux pas juger en temps normal, de vérifier que l'intrigue marche bien par exemple. Eh bien, là, c'était exactement ça ! Je m'étais bien sûr fait ma propre image de la bête en question, mais la voir à travers les yeux des illustrateurs, c'était comme découvrir une nouvelle histoire, ou une foule de nouveaux détails. Des couleurs un peu changées, la forme de la bête (qui peut tendre vers l'ours, le lion, le tigre à dents de sabre, etc), ce qu'elle dégage (de l'agressivité, de l'intelligence, de la sournoiserie, etc), sa transposition dans un univers « jeunesse » ou bien « horreur » (avec toute la symbolique que ça suppose). Qu'il puisse y avoir autant d'interprétations d'un seul et même extrait, c'est quand même génial. Moi, je trouve ça fascinant !

 Quand il a fallu choisir parmi les six dessins ton préféré, est-ce que tout de suite tu t’es dit qu’un correspondait parfaitement à ton extrait ou t’a-t-il fallu un temps d’adaptation pour analyser les propositions ?
J'ai pris le temps de bien regarder toutes les illustrations. Le « problème », c'est qu'elles correspondaient toutes ! ^^ Certaines sont plus proches de mon « univers de base », d'autres moins, mais c'est justement ça qui est intéressant. J'ai hésité pendant longtemps avant de voter. 

Il y a eu plusieurs techniques d’utilisées pour mettre en avant la bête. Est-ce que tu aurais aimé voir l’œuvre d’une personne, réalisée avec la technique d’un autre ?
Hum, difficile à dire. Je pense que chaque illustrateur a utilisé la technique qui lui correspondait le mieux, finalement, et que c'est grâce à ça que le résultat était si bon. Est-ce que ce ne serait pas un crime de brider/contrôler la créativité de quelqu'un ?

Est-ce que cette première expérience a changé ta vision de la relation auteur / illustrateur en découvrant les multiples possibles que ton extrait sans directives a suscités ?
En vérité, de par mon ancien boulot, je connais assez bien cette relation, puisqu'il m'est arrivé souvent de commander des illustrations (en tant qu'auteur ou non). Mais rien n'a changé : c'est magique à chaque fois. Le résultat ne ressemble jamais à ce à quoi on s'attend et c'est pourtant toujours excellent. 

Cette expérience te donne-t-elle envie de proposer d’autres extraits et pourquoi ?
Ah mais oui, évidemment ! Quand on écrit, c'est pour provoquer quelque chose dans l'esprit des lecteurs. Parfois, ce serait tellement génial d'être dans leur tête pour savoir ce qu'il s'y passe quand ils découvrent le texte. Là, avec les illustrations, c'est possible : on a une photographie, un instantané de la façon dont l'illustrateur voit notre univers. Je suis beaucoup trop curieuse pour ne pas aimer ça !

Si demain on te dit que tu peux proposer plusieurs illustrations pour ton roman, comment verrais-tu la relation auteur / illustrateur ? Donnerais-tu beaucoup de détails pour que la réalisation colle parfaitement à ton imagination ou préférerais-tu donner juste quelques directives voire laisser carte blanche ?  
Il y a des gens qui sont très à l'aise avec les images, ce n'est pas mon cas (je suis une quiche en dessin), donc je ne me sens pas du tout légitime pour donner des « instructions ». En fait, je trouve beaucoup plus « juste » et plus intéressant de donner le texte à lire et de laisser faire l'illustrateur comme il le souhaite. Tout est écrit dans l'extrait, de toute façon. Si j'avais besoin de rajouter tout un tas de précisions, ça voudrait sûrement dire que le texte n'est pas tout à fait complet ou bien tourné. Et si le dessin ressemble trait pour trait à ce que j'avais déjà en tête, il ne m'apportera rien, non ? L'auteur ne fait que 50% du boulot, le lecteur fait le reste. 

 Un grand merci à Rulae d'avoir partagé avec nous son expérience.

***   ***

Le deuxième concours d'illustrations a débuté le 1er octobre et se terminera à la fin du mois. Si vous avez envie d'y participer, vous trouverez toutes les infos ici : http://jeunesecrivains.superforum.fr/t45077-concours-d-illustration-5-extrasystole-macadam-de-geadore

 

L'amical des illustrateurs : http://jeunesecrivains.superforum.fr/t44591-mur-des-textes-a-illustrer-nouvelle-amicale-des-illustrateurs

Klik-Asyne