RR

Alice, qu’est-ce que ça fait d’être survivante à la roulette russe 3 fois sur les 5 sessions de janvier ?
L'impression d'avoir survécu au Titanic, à Armageddon et The Day After Tomorrow réuni. Dans les bras des plus beaux acteurs d'Hollywood. Et là j'arrête les comparaisons, mes références trahissent un peu trop mon âge. En réalité, c'est toi Asyne qui m'a annoncé la bonne nouvelle (Alleluia) ! Je ne m'étais pas rendu compte que j'avais réussi ce triplé d'enfer. Certes, je savais que j'avais gagné souvent ces derniers temps. D'après mon mari, il y a anguille sous roche : soit j'ai soudoyé le jury, soit le juge ne sait plus calculer, ou encore le vote se fait par tirage au sort. Dans tous les cas, c'est louche.


Comment trouves-tu l’inspiration ? Est-ce le titre ou l’image qui crée le déclic en premier ?
C'est une "impression" des deux. Quand je regarde la nouvelle couverture, j'imprime l'image et le titre dans mon cerveau. Sauf que, ma mémoire ressemble à un gruyère donc cinq minutes après, j'ai déjà oublié le titre exact et l'image est un peu floue. Je reste avec cette impression et la laisse naviguer toute seule entre les trous de mon gruyère. Puis, elle s'accroche à des poussières d'idées et se tisse un cocon. Je retourne sur le forum vérifier le titre exact et l'image, réajuste le tir, reviens, repars, etc. jusqu'à ce que mon cocon corresponde plus ou moins à la couverture. Et voilà, Roll-My-Chicken*, il n'y a plus qu'à écrire

*Roule-Ma-Poule : copyright mon chéri qui parle anglais comme une vache espagnole.

Un texte doit s’écrire dans les 6 premiers jours de la semaine, combien de temps mets-tu pour écrire en général ? Ce temps limité rend-il ton texte meilleur ?
Je laisse mûrir l'idée un ou deux jours. Idéalement, j'ai un embryon de quelque chose mardi au plus tard. Mercredi (ou jeudi dans le pire des cas) j'écris le premier jet. Puis je corrige, j'imprime pour le lire (je sais, les arbres, c'est pas bien, toussa, toussa). Je re-corrige, ré-imprime, re-corrige un certain nombre de fois jusqu'à ce que je sois relativement satisfaite. Puis ça passe en comité de lecture (le type déjà mentionné plus haut) qui prend son rôle de plus en plus à coeur et qui m'en fait voir de toutes les couleurs. Bref, tous ces allers-retours font que je n'arrive pas à poster mon texte avant vendredi ou samedi. 

Le temps limité m'oblige à écrire. Sinon, je procrastinerai. Mais il ne rend pas mon texte meilleur, non.

Quand écris-tu ? Tu es plutôt du matin, du soir, à chaque moment disponible ?
En fait, je crois que j'aime bien écrire l'après-midi. J'ai la chance de ne pas avoir des horaires de bureau et de pouvoir organiser ma vie à peu près comme je l'entends. Et je préfère écrire dehors. J'ai essayé avec des moufles, mais ça ne marche pas très bien. Heureusement que chez nous, il fait souvent beau ! 

Mais ça, c'est juste la phase "écriture". La phase réflexion, c'est tout le temps, toute la journée, la nuit entre deux cauchemars, dans mon bain. Et la phase correction c'est plutôt le soir. En d'autres termes, cette Roulette Russe m'obsède presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre. C'est une drogue, je crois. Va falloir que j'en parle à mon psy.

Que recherches-tu en participant aux roulettes et qu’y trouves-tu ? 
La régularité. Je n'ai pas de don particulier et j'en suis consciente. J'aspire juste à pouvoir écrire une histoire qui soit cohérente et si en bonus, le lecteur ressent une quelconque émotion, je serai aux anges. C'est donc en écrivant régulièrement que je peux tenter de m'améliorer. Et si je n'ai pas de date butoir imposée, je me laisse aller. C'est pour cette raison que j'aime aussi participer à des concours ou des appels à texte. Les contraintes me stimulent. (Et c'est pour cette même raison que je n'ai toujours pas commencé mon roman.) 

Depuis mon arrivée, je n'ai pas manqué une seule roulette. À chaque fois, il y a ce challenge de réussir à trouver une idée, d'arriver à la matérialiser. Mais en même temps, lorsque je découvre la couverture de la semaine, je ressens aussi cet immense besoin de le faire. Ce n'est donc jamais contrainte et forcée que j'écris.

Est-ce qu’il y a quelque chose qui t’a étonnée lors de ton écriture ? Est-ce qu’un sujet t’a mené là où tu ne l’attendais pas ?
Oui, parfois je me suis surprise à écrire des textes dits "poétiques" alors que je ne me pensais pas capable de cela.

Certains de tes textes auront-ils une deuxième vie ?
Chaque semaine, je pose l'un de mes textes sur Scribay (https://www.scribay.com/library?author=1297) après l'avoir laissé décanter quelques mois. Je corrige les fautes que j'aurais pu laisser traîner, enlève quelques adverbes et tiens compte des remarques très précieuses de mes collègues participants. Pas de remaniement radical par contre. Ni de développement pour en faire une nouvelle ou un roman. Ces histoires sont complètes telles quelles et je n'ai pas forcément envie de les reprendre. J'ai tellement de choses à dire que je préfère écrire de nouveaux trucs.

Pourrais-tu nous donner un extrait d’un de tes textes de janvier qui te plaît particulièrement ?
Non ! je n'oserai pas faire cela ! Je n'ai plus honte de faire lire mes textes, mais je ne suis pas encore prête à extraire un petit bout pour le mettre en avant. Il y a tellement de textes bien plus beaux que les miens. J'aurais plutôt envie de présenter quelques phrases de mes collègues que j'admire le plus. Je peux ?

J'espère que vous aurez eu plaisir à découvrir un peu plus cette modeste tireuse d'élite. Et si le mois prochain elle fait coup double, promis je ne la laisserai pas fuir ses textes !

Fa-a-FaceKlik-Asyne